top of page
Rechercher

Pourquoi faut-il agir à Madagascar ?

par Louise-Océane Delion, biologiste marin et créatrice de contenu scientifique pour Koraï

Introduction

L'un des tout premiers projets de Koraï est de contribuer à la régénération des récifs coralliens à Madagascar.


En plus d'être l'endroit où Koraï a vu le jour avec sa première nurserie de coraux, Madagascar est l'un des endroits les plus riches en biodiversité au monde, mais également l'un des plus menacés par les activités humaines.


Plongeons dans la biodiversité marine de cette île, les menaces qui pèsent sur elle, les raisons pour lesquelles il est urgent de protéger et de régénérer ses écosystèmes marins et la façon dont Koraï y contribue, grâce à votre aide.


Un foyer de biodiversité


Madagascar est la quatrième plus grande île du monde, avec plus de 5 500 km de côtes, ce qui en fait le pays ayant le plus grand littoral de l'océan Indien, dépassant la longueur des côtes du Kenya, de la Tanzanie, du Mozambique et des Comores réunies !


Ce littoral aussi vaste fait de Madagascar l'un des pays les plus diversifiés de la région en termes d'écosystèmes marins et côtiers.


C'est à Madagascar que l'on trouve le plus haut niveau de diversité et d'abondance de coraux dans l'océan Indien, avec plus de 2 4000 km2 de récifs coralliens dans ses eaux, ce qui représente 20 % de la surface de coraux de l'océan Indien occidental. Le pays abrite également des forêts de mangroves et des herbiers marins parmi les plus importants de la région.


Tous ces écosystèmes côtiers abritent la majorité de la vie marine en agissant comme des nurseries, des refuges, des zones de reproduction et d'alimentation pour la plupart des espèces marines.


Par conséquent, la biodiversité marine de Madagascar est incroyable, avec une forte concentration d'espèces endémiques (que l'on ne trouve que là) et un haut niveau de diversité des espèces. La diversité et la quantité de poissons, de mammifères marins, d'oiseaux de mer et d'autres animaux sont incroyables. Par exemple, on trouve environ 1700 espèces de poissons marins à Madagascar !


En raison de sa vie marine abondante et luxuriante, Madagascar est considéré comme l'un des foyers de biodiversité les plus importants de la planète1.


Les écosystèmes côtiers, vitaux pour la vie marine et les habitants de l’île


Avec environ 29 millions d'habitants à Madagascar, dont la moitié vit à moins de 100 km de la côte, les écosystèmes marins et côtiers sont essentiels pour les populations de l'île.


Les récifs coralliens abritent une incroyable biodiversité marine dont dépendent les populations locales. Ils leur fournissent principalement une source importante de nourriture et de protéines animales, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire nationale. Plus de 250 000 pêcheurs artisanaux dépendent de ces écosystèmes pour leurs revenus et leurs moyens de subsistance, fournissant de la nourriture à l'ensemble de l'île.


Les écosystèmes côtiers tels que les récifs coralliens protègent également les côtes : leur structure dans les eaux peu profondes réduit l'énergie des vagues qui frappent la côte, protégeant ainsi les communautés côtières de l'érosion, des tempêtes et des inondations.


Un paradis aquatique menacé


Malheureusement, en plus d'être l'un des endroits les plus riches en biodiversité de la planète, Madagascar est aussi l'un des plus menacés.


L'océan est menacé globalement par les activités humaines : surexploitation, méthodes de pêche destructrices, tourisme incontrôlé, changement climatique, pollution de l'eau et développement côtier, parmi d'autres.


Les récifs coralliens font partie des écosystèmes marins les plus touchés : 50 % d'entre eux sont déjà dégradés et jusqu'à 90 % risquent de disparaître d'ici la fin du siècle2.


La biodiversité marine de l'océan Indien occidental n'est pas épargnée. Elle est également fortement touchée, notamment par la surpêche, la dégradation des habitats et le changement climatique. En raison des tendances actuelles de l'augmentation des températures et de la forte pression de pêche, les récifs coralliens de l'océan Indien risquent fort de s'effondrer dans les années à venir3.


Et les récifs coralliens de Madagascar sont parmi les plus gravement menacés de la région3.


De multiples pressions s'exercent en synergie sur ces écosystèmes vulnérables : le changement climatique est la plus importante d'entre elles4. L'érosion côtière, la destruction physique à la suite d'événements cycloniques et les phénomènes de blanchiment des coraux dus à l'augmentation de la température de l'eau sont autant de conséquences de ce changement climatique, dont la fréquence et la gravité devraient s'aggraver à mesure que le réchauffement se poursuit.


Associés à la surexploitation des organismes marins et aux méthodes de pêche destructrices, ainsi qu'à l'absence de mesures de gestion et de conservation appropriées et efficaces, les récifs coralliens de Madagascar sont extrêmement vulnérables3.


Lorsque les récifs coralliens s'effondrent, l'impact sur la biodiversité marine qui s'y trouve et sur les communautés côtières locales qui en dépendent pour leur subsistance et leur protection est terrible.


C'est ce qui se produira si nous continuons à suivre un scénario "business-as-usual". Mais nous avons encore une opportunité pour agir afin d'inverser la tendance et de limiter l'effondrement écologique des récifs coralliens.


C'est maintenant qu'il faut agir. Et Koraï s'y consacre ! Vous joindrez-vous à nous ?


Protéger les récifs


De multiples actions peuvent être mises en place aujourd'hui pour mieux protéger l'état actuel des récifs coralliens à Madagascar5.


L'un des outils les plus efficaces et les plus recommandés est la mise en place d’aires marines protégées. L'établissement de telles réserves peut apporter un certain soulagement aux écosystèmes locaux, en préservant leur santé et en améliorant leur rétablissement et leur résilience face aux perturbations, si les facteurs de stress sont éliminés (diminution de la pollution et de l'activité de pêche...).


Les effets positifs des AMP sur les récifs coralliens ont été démontrés à Madagascar. Les zones non exploitées présentent une plus grande abondance de coraux, ainsi qu'un plus grand nombre de poissons herbivores et d'autres espèces marines6.


Cependant, seulement 3,7 % des eaux de Madagascar sont aujourd'hui désignées comme aires marines protégées, dont moins de 1 % sont entièrement protégées (aucune activité de pêche autorisée). Ceci est bien en dessous du seuil recommandé de 20-30% de la surface protégée qui peut efficacement protéger les écosystèmes et maintenir la résilience écologique du monde marin.


Il y a un réel besoin de développer un plan solide pour un réseau d'aires marines protégées à Madagascar. Cela va de pair avec une meilleure gestion des activités de pêche, en particulier celles qui utilisent des engins destructeurs menaçant la santé des écosystèmes récifaux.


Aller au-delà de la protection : restaurer les récifs coralliens


La protection des écosystèmes actuels est une action urgente pour sauvegarder la biodiversité marine locale. Mais que faire lorsque leur état actuel n'est pas suffisant et que la régénération naturelle ne se fait pas ?


Protéger ce qui est déjà dégradé ou effondré n'a pas vraiment de sens. C'est là que le potentiel de la régénération entre dans l’équation.


Régénérer les récifs coralliens, c'est les aider à se rétablir lorsqu'ils ont été dégradés, détruits ou endommagés. Il s'agit de donner un coup de main aux écosystèmes naturels afin de favoriser leur régénération et leur résilience.


Partout dans le monde, de nombreuses initiatives de restauration des coraux sont en cours et donnent déjà de bons résultats. Le pourcentage de recouvrement, la complexité et la diversité des récifs coralliens augmentent dans les sites où des efforts de restauration ont été mis en place, par rapport aux sites non restaurés et dégradés7.


De nombreux projets de restauration des coraux sont en cours en Tanzanie, au Kenya et dans d'autres pays d'Afrique. Bien que Madagascar possède les récifs coralliens les plus diversifiés et les plus répandus de la région, il n'existe encore aucun projet en ce sens.


Oui, la restauration des coraux fonctionne. Alors Koraï œuvre pour qu'il en soit ainsi à Madagascar.


Avant de lancer un projet de régénération, il est important de comprendre les conditions locales de l'île, du point de vue de la gouvernance, de la situation sociale, de l'économie et de l'écologie. Étant donné que Koraï est né à Madagascar et qu'une nurserie de coraux est déjà en place à Nosy Be, nous faisons de notre mieux pour fournir les meilleurs efforts de restauration corallienne de la région, intégrés dans l'environnement local.


Madagascar est un endroit unique, confronté à de nombreuses difficultés. Elle connaît des niveaux élevés de pauvreté, d'instabilité politique, d'institutions de gouvernance faibles, de graves déficits de financement et une éducation environnementale insuffisante. Ce dernier point est particulièrement important, car l'éducation et la sensibilisation de la population sont essentielles pour que les individus deviennent les garants de leur environnement et agissent pour mieux le protéger.


Le gouvernement, les ONG et le secteur privé ont une opportunité et un besoin immense de mobiliser des fonds pour mieux protéger et restaurer les récifs coralliens à Madagascar.


La mission de Koraï est de régénérer les récifs coralliens, avec l'aide de la population locale, en participant à la fois à l’amélioration du niveau d'éducation et des sources de revenus, en créant des programmes éducatifs et en embauchant des personnes locales au sein de l'équipe. Nous faisons tout pour trouver les fonds nécessaires à la restauration des récifs coralliens à Madagascar, et vous avez également un rôle à jouer pour nous aider dans notre mission.


En nous rejoignant, vous pourriez contribuer à nos côtés à régénérer certains des récifs coralliens les plus beaux et les plus diversifiés du monde, à rétablir la biodiversité marine et à contribuer au développement économique local.


Vous souhaitez contribuer à changer les choses ? Contactez-nous pour que cela devienne réalité.



Références - Aller plus loin


1Jefferson, T., & Costello, M. J. (2020). Hotspots of marine biodiversity. Encyclopedia of the World's Biomes.


2Eddy, T. D., Lam, V. W., Reygondeau, G., Cisneros-Montemayor, A. M., Greer, K., Palomares, M. L. D., ... & Cheung, W. W. (2021). Global decline in capacity of coral reefs to provide ecosystem services. One Earth, 4(9), 1278-1285.


3Obura, D., Gudka, M., Samoilys, M., Osuka, K., Mbugua, J., Keith, D. A., ... & Zivane, F. (2022). Vulnerability to collapse of coral reef ecosystems in the Western Indian Ocean. Nature Sustainability, 5(2), 104-113.


4Harris, A. R. (2011). Out of sight but no longer out of mind: a climate of change for marine conservation in Madagascar. Madagascar Conservation & Development, 6(1).


5Weiskopf, S., Cushing, J., Morelli, T. L., & Myers, B. (2021). Climate change risks and adaptation options for Madagascar. Ecology and Society, 26(4).


6Randrianarivo, M., Guilhaumon, F., Tsilavonarivo, J., Razakandrainy, A., Philippe, J., Botosoamananto, R. L., ... & Adjeroud, M. (2022). A contemporary baseline of Madagascar’s coral assemblages: Reefs with high coral diversity, abundance, and function associated with marine protected areas. Plos one, 17(10), e0275017.


7Hein, M. Y., Beeden, R., Birtles, A., Gardiner, N. M., Le Berre, T., Levy, J., ... & Willis, B. L. (2020). Coral restoration effectiveness: multiregional snapshots of the long-term responses of coral assemblages to restoration. Diversity, 12(4), 153.

Comentários


bottom of page